Il existe différentes manières de manger et de préparer une crêpe. Que ce soit en entrée ou en dessert, sucrée ou salée… La crêpe nous réserve bien des surprises. En réalité, cette préparation est typique de la Belgique. Quelque soit le genre de crêpe dont nous parlons, cette recette est généralement faite de forme circulaire et est cuite sur une poêle, une plaque de fonte ou encore un billig.

Pour la retourner lors de sa cuisson, il est de coutume de la faire sauter. Elle peut être préparée et mangée avec ou sans aucun accompagnement. Facile à faire et ne nécessitant pas de longue préparation, c’est une des recettes les plus connues et les plus appréciées au monde.

La crêpe salée ou galette

Cela peut bien surprendre lorsque nous parlons de crêpe salée ou galette. La question se pose, quelle relation y a-t-il entre la crêpe et la galette ? Et bien en fait, il faut savoir que dans certaines régions la crêpe est également connue sous le nom de galette. Il arrive donc que nous parlions de galette de sarrasin et de crêpe de sarrasin. Figurez- vous que ce sont deux choses bien différentes. La galette de sarrasin est une spécialité de la Haute-Bretagne. Elle est caractérisée par son épaisseur qui est plus grande que celle de la crêpe de sarrasin qui vient de la Basse-Bretagne. La crêpe salée ou encore crêpe de sarrasin a une préparation bien particulière car elle ne comporte pas les mêmes ingrédients que la crêpe sucrée. Elle est essentiellement faite à base de farine de blé noir. C’est d’ailleurs ce qui lui donne cette couleur beaucoup plus dorée que la crêpe sucrée. Néanmoins, on retrouve également dans cette recette : 30% de farine de froment, de l’eau et du sel. Pour certains, on y met aussi des œufs et du lait. Ce plat se mange surtout en tant que plat principal que ce soit chaud ou froid.  En accompagnement de la crêpe salée, nous pouvons souvent trouver des œufs, du fromage ou encore du jambon.

La crêpe sucrée ou crêpe bretonne

La crêpe sucrée ou crêpe bretonne est comme son nom l’indique, une spécialité de la région bretonne. Il s’agit surtout de la Basse-Bretagne. Cette crêpe est plutôt appréciée en tant que petit déjeuner, dessert ou en simple goûté. La confection de crêpe sucrée ou crêpe bretonne est faite à base de farine de froment. Vient ensuite s’ajouter les œufs, le sucre et le lait. Comme nous le disions plutôt, la crêpe peut être accompagnée ou mangée nature. Par exemple, elle peut être accompagnée de sucre, de confiture, de chocolat ou juste de beurre salé. Dans certains cas, elle est même accompagnée de glace pour une meilleure dégustation. La crêpe sucrée est de couleur plus claire car elle est faite avec de la farine de froment. Cependant, il est possible de la faire dorer selon nos goûts. La crêpe sucrée à un petit dérivé que nous appelons « crêpe dentelle ». Il s’agit d’une préparation identique à la crêpe sucrée mais qui est plus fine et plus croustillante. Certains la considèrent comme une erreur de cuisson de la crêpe sucrée mais aujourd’hui elle a sa propre recette.

Les crêpes dans le reste du monde

Nous connaissons surtout la crêpe de la Bretagne. Cependant, nous pouvons trouver des recettes de crêpes dans le reste du monde.  Il y a ceux qui font les crêpes  à base de farine de blé. Il s’agit de l’Espagne qui les appelle « Filloa » ou « Frisuelos ». Au Pays-Bas, nous les appelons « Pannenkoek ». En Europe, il est plus question de « Blini » tandis qu’en Amérique, il s’agit de « Pancake ».  Il existe encore d’autre préparation comme le « Baghrir » à base de semoule qui vient d’Arabie ou encore de la « Tortilla » faite de maïs pour l’Amérique Centrale. Bref, la crêpe a de nombreux équivalents dans le monde. La préparation n’est pas forcément la même. Par exemple, le blini et le pancake se différencient de la crêpe que nous connaissons car elle contient du levain. Mais, en gros, il s’agit de pâte plus ou moins fine faite de farine qui peut se manger sucrée ou salée et avec ou sans accompagnement.

La tradition de la chandeleur

Il existe un évènement bien marquant relié à la crêpe. Il s’agit de la tradition de la chandeleur également connue sous le jour des crêpes qui se fête en général le 2 février. Selon l’histoire, cette tradition a vu le jour sous les jours du pape Gélase Ier. Ce dernier avait pour habitude de distribuer des crêpes lors de cette période. Mais la vraie origine de cette fête est en fait, pour veiller à ce que la prochaine récolte de l’année soit aussi bonne que celle de l’année précédente. Durant cet évènement, il était de coutume d’utiliser les restes de blé afin de confectionner la fameuse recette de crêpe que nous connaissons. Il faut savoir que la crêpe a été reliée à cet évènement pour sa forme circulaire et le fait qu’elle soit aussi dorée. Il s’agit d’une représentation du soleil, et donc l’arrivée du printemps. Comme il s’agit d’un rite de fécondité (que ce soit pour la récolte ou autre chose), la tradition oblige les gens à faire sauter la crêpe de la main droite lors de sa confection tout en tenant une pièce de monnaie dans l’autre main. Selon la tradition, ce procédé procurait la prospérité pour le reste de l’année à venir. Mis à part la relation avec la crêpe, la tradition de la chandeleur est également reliée au christianisme. Pour cela, la coutume exige des chrétiens d’allumer toutes les bougies de la maison durant cette date et c’est d’ailleurs de là que vient le nom de la tradition de la « chandeleur » ou également dite fêtes des chandelles. En gros, il s’agit surtout de fêter la sortie de l’obscurité de l’hiver et de l’arrivée du soleil (la crêpe en est la représentation) au printemps

(Visited 252 times, 1 visits today)
0