L’histoire courte de l’épiphanie

Cette célébration à, tout au long de son histoire, possédé plusieurs significations en fonction des cultures. Pour certain, c’était la fête des lumières, qui marquait le jour où les jours recommencent à s’allonger. Chez les Romains, c’était aussi une fête païenne de sept jours durant laquelle les statuts sociaux et les hiérarchies étaient bouleversés. Dans cette tradition, il était coutume d’inverser les rôles. Les serviteurs devenaient donc les rois pendant une journée. C’est l’origine de l’expression « Tirer les rois ». Ils utilisaient une fève (le légume) pour savoir qui serait le roi. Ensuite et jusqu’à la fin du 4ème siècle, la fête de épiphanie était avant tout une fête chrétienne. Elle célébrait la manifestation du Christ sur Terre et notamment l’arrivée des rois mages. Après le 4ème siècle, une fête de la Nativité a été créée le 25 décembre : Noël. Depuis, épiphanie est une fête qui a différents sens selon les cultures. Bien plus tard, vers 1875, que l’on voit apparaître de petites figurines en porcelaine

Des galettes mais pas seulement

C’est le dessert le plus mangé en janvier. En moyenne, on estime qu’un Français en consomme 5 pendant tout le mois. Deux pâtes feuilletées sont assemblées et fourrées de différentes préparations. On retrouve le plus souvent une crème frangipane nature ou aux pommes.
Dans le reste de la France, les gâteaux ne sont pas forcément les mêmes. Par exemple, dans le Sud-Ouest, la tradition veut que l’on déguste une « Còca », une coque en occitan. Ce dessert est en fait une brioche cuite en forme de couronne. Sur le dessus, elle est décorée de granulés de sucre. C’est souvent le gâteau préféré des grands-parents. Dans le Sud-Est cette fois, c’est aussi une brioche en forme de couronne qui est dégustée. La seule différence est que des fruits confits sont ajoutés à l’intérieur et sur le dessus du gâteau. En Normandie, on consomme traditionnellement une Nourolles. C’est une sorte de brioche connue aujourd’hui sous le nom de « Brioche à tête » ou de « Brioche Parisienne ». Cette brioche au beurre renferme une fève, car, bien qu’elle ne ressemble pas à une galette, ce dessert respecte la tradition. Enfin, dans le Loiret, on mange traditionnellement un Pithiviers. Il ressemble fortement à une galette traditionnelle à la seule différence qu’elle n’est pas fourrée à la frangipane mais à la crème d’amande. Elle peut aussi être recouverte d’un glaçage ou décorée avec des fruits confits.

 

Le saviez-vous ? Tous les ans, une galette des rois est offerte à l’Elysée, mais celle-ci ne comporte aucune fève afin que le président ne puisse pas être couronné.

 

Retrouvez notre version de la galette des rois, choco-cerise!

 

Instant Chef, épicerie fine en ligne

(Visited 156 times, 1 visits today)
0