Le miel est le fruit de tout un mécanisme d’un dur travail de bon nombre d’abeilles. Nous le connaissons surement parce qu’il est fabriqué à partir des nectars de fleurs. Il est généralement utilisé en tant que condiment dans l’alimentation et en plus de cela, il possède aussi plein de vertus en termes de guérison de plusieurs maladies, de les prévenir, et aussi en termes de beauté ainsi que beaucoup d’autres produits cosmétiques. Cependant, l’histoire du miel connait actuellement une mauvaise tournure. En effet, depuis quelques années déjà, la production de miel chute, sa qualité baisse et les abeilles sont menacées de disparition. Ceci risque d’entrainer des problèmes graves pour l’être humain. Pour en savoir plus, voyons en premier lieu quelques statistiques prouvant ce phénomène, puis en deuxième lieu le rôle central des abeilles dans l’écosystème et en dernier lieu, nous allons dire quelques mots concernant la récompense de leur travail : le miel.

Quelques chiffres pour commencer

Pour commencer, il est quand même important de rappeler que le miel est parmi les produits de première consommation de la population humaine. Effectivement c’est comme une évidence de trouver du miel presque dans toutes les maisons. Parlons d’abord de la consommation ; les Européens, qui représentent environ les 20-25% de la consommation mondiale de miel sont classées en premier rang. Il s’agit ici d’une quantité massive aux environs de 310.000 tonnes de miel. Ces chiffres sont plutôt élevés par rapport aux effectifs des agriculteurs français métropolitains qui comptent 1.300.000 ruches et produisent 18.500 tonnes de miel par an. Actuellement, la France possède un peu plus de 70.000 apiculteurs qui ne pratiquent pas l’activité en question de la même façon. La plus grande majorité de cet effectif c’est-à-dire les producteurs familiaux sont à 91%. Ces derniers possèdent en générale 1 à 30 ruches. Il y a aussi les apiculteurs pluriactifs qui représentent 5% de l’effectif et qui possèdent de 30 à 150 ruches. Le reste est composé d’apiculteurs professionnels, c’est-à-dire 4% de l’effectif qui est avec plus de 151 ruches et qui produisent d’ailleurs les deux tiers du miel français. Il est important de mentionner que pendant cette dernière décennie, la production nationale de miel a diminué de 28%. Du à une diminution de la production locale, les importations ont progressé de 49% sur la même période, c’est-à-dire 25.500 tonnes par année. Il ne faut cependant pas oublier que chaque abeille possède un rôle précis dans la ruche. La reine par exemple, qui est unique dans une ruche peut être capable de pondre en moyenne 2.000 œufs par jour, ce qui fait donc 130.000 par année et 500.000 pendant toute sa durée de vie. Elles vivent généralement environ 20 à 30 jours en été et jusqu’à 170 jours en hiver. Ceci dit, parlons maintenant du rôle principal de l’abeille dans l’écosystème.

Le rôle central des abeilles dans l’écosystème

Avant toutes choses, rappelons d’abord, aux personnes qui ont souvent tendance à l’oublier, que l’écosystème est l’ensemble formé par une association ou d’une communauté des êtres vivants avec son environnement biologique, géologique, édaphique, climatique, hydrologique etc. et que chaque élément qui le constitue développe un réseau d’échange de matière et d’énergie, ce qui leur permet le maintien et le développement de la vie. Les abeilles en sont des preuves bien réelles. En effet, les abeilles, connu sous le nom scientifique de ‘’Apis Melifera’’ vivent en société, ce qui fait donc qu’elles doivent s’organiser avec l’ensemble de la communauté pour pouvoir survivre. L’organisation des rôles et des activités à réaliser dans une ruche nécessite une communication avec ses congénères et aussi de se rappeler du rang qu’on occupe, car chaque abeille possède un rôle précis à jouer dans la vie d’une ruche.

Les abeilles sont des petits animaux particulièrement extraordinaires parce que chaque abeille naît avec un instinct inné et à la fois héréditaire qui lui permet de reconnaître les tâches que l’on attend d’elle. On distingue généralement deux catégories chez les abeilles dont les mâles qui possèdent tous une même anatomie des bourdons. C’est pour cela d’ailleurs qu’on les appelle « faux bourdons », puis des femelles qui elles se divisent en deux catégories aussi.

Elles sont différenciées par des caractères anatomiques non négligeables. Il y a d’abord la reine qui est unique dans la ruche ensuite les ouvrières. Ces dernières sont généralement stériles, cependant dans certaines circonstances, elles peuvent quand même pondre d’œufs, qui sont des abeilles mâles. Apparemment, elles possèdent une anatomie qui rend impossible tout accouplement. De ce fait, ses œufs ne seront jamais fécondés. Aussi il ne faut pas oublier que chaque abeille ouvrière a un rôle particulier. Il y a d’abord les abeilles butineuses, qui sont chargées d’amener le pollen à la ruche. Puis, les abeilles ventileuses qui s’assurent de réguler la température. Ensuite les abeilles gardiennes qui utilisent leurs antennes pour pouvoir contrôler l’entrée de leurs semblables grâce à leurs parfums caractéristiques. Et enfin les autres abeilles qui s’occupent de la progéniture. Par contre la reine qui est unique dans la ruche assure toute la reproduction de l’espèce. Voyons maintenant de la récompense de ce dur travail.

La récompense de leur travail : le miel

Nous pouvons voir par ces statistiques évoquées en premier lieu que les abeilles traversent actuellement une phase compliquée et qui risque de nuire toute leur existence dans le cas où des mesures strictes ne soient pas prises. Nous l’avons déjà dit : ce phénomène peut changer négativement le quotidien de l’être humain parce que celui-ci l’utilise couramment  dans plusieurs domaines. Tout d’abord, n’oublions pas de mentionner que les abeilles, dans la production du miel contribuent à réguler l’écologie et aussi d’autres éléments de l’environnement de la nature comme la foret. Dans le domaine sanitaire, le miel a aussi des vertus remarquables comme la facilitation de la digestion ou la guérison de plaies grâce à son effet, pré biotique. Et enfin, en tant que condiment, le miel peut s’associer à toutes les autres épices alimentaires pour émerveiller vos plats.

Nos miels en vente sur Instant Chef

Miel de Bruyère blanche

Miel des Cévennes

Miel de Garrigue

Miel de sapin de France

Miel d’acacia

(Visited 169 times, 1 visits today)
0